Freud disait qu’éduquer, diriger et soigner sont des métiers impossibles. Ils le sont parce qu’au fond ils demandent une compétence inattendue: savoir gérer l’échec, la perte et les ratages. Parce qu’au fond, c’est dans cette capacité à traverser et à transformer le merdique qu’on reconnaît selon moi un manager, un éducateur ou un soignant. Notre monde nous vend du rêve, de l’Idéal et nous demande d’être des « winners », des performants.

Dans l’expérience du temps, de la limite, le « pas aussi beau qu’on pensait », le « presque réussi » et le « pas pu se réaliser »,… Il y a aussi un chemin que connaissent bien les éducateurs, les dirigeants et les soignants. C’est la vie !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *