Quand le lapin dans la classe chasse le loup dans la bergerie !

Hier, je suis allé visiter une équipe pédagogique d’un collège du réseau des Maisons Don Bosco. Ce collège-internat, situé dans une belle propriété viticole à côté de Toulon, accueille 135 adolescents. Outre l’accueil chaleureux et les échanges très intéressants avec les membres de l’équipe éducative et pédagogique ; une trouvaille pédagogique a attiré mon attention.

Au moment du repas, une enseignante parle d’un élève et du lapin. « Le lapin ? » me disais-je dans ma tête, j’ai du mal entendre. Non, le lapin ! Bunny est un lapin, assistant pédagogique. Il vit dans sa salle, non loin de la salle des profs, et les ados viennent parfois s’en occuper sur le temps de la récré.

Mais ce lapin, est surtout l’assistant pédagogique des enseignants sur certains cours. Bunny déambule dans la classe, passe de table en table. Il peut arriver qu’un ado l’attrape et le pose sur lui.  Ce qui m’intéresse c’est la surprise des enseignants qui ont tenté l’expérience et les effets de concentration/ de recentration que l’on pourrait observer. Je n’ai pas pu le rencontrer pour l’interviewer, un ado l’avait pris avec lui pour le week-end. Voilà un beau champ de recherche-action !

L’effet Chicken Run ou la cacophonie de l’information

Dans le dessin animé Chicken Run (2000), fabriqué avec des personnages en pâte à modeler (comme Wallas et Gromitt), les poules vivent une vie paisible dans le poulailler, mais une menace pèse… M. Tweedy, le propriétaire de la ferme, a décidé de les passer à la casserole un jour ou l’autre. Une scène (panique dans le poulailler) attire mon attention et m’a fait associer sur la vie institutionnelle …

https://youtu.be/CwBNpIoPQz8

Il suffit de crier qu’une menace arrive, sans même la voir, pour que les poules se mettent à s’agiter dans tous les sens et de manière désordonnée. C’est la foire dans le poulailler et toutes les conditions sont réunies pour déranger l’équilibre de la basse-cour et pour se faire manger tout cru. Dans nos institutions éducatives, ou parfois dans nos maillages partenariaux, l’effet Chicken Run, est à l’œuvre. Les couloirs de nos institutions, les échanges informels à l’issue d’une réunion avec des partenaires sont de multiples occasions de partager de l’information et de causer. Les mails créent aujourd’hui beaucoup de brouillent de ce type. Le souci c’est que l’information n’est pas qu’une donnée neutre à enregistrer. Elle est un élément actif dans les dynamiques d’équipe et institutionnelles, et peut faire son petit effet.

Souvent, l’information « saisissante » est erronée, édulcorée, ou sortie de son contexte. De bouches à oreilles, de proche à proche, elle se diffuse, voire amplifiée, condensée ou déplacée, Pourtant, l’information transmise est prise pour argent comptant comme pure donnée à transmettre et retenti dans un contexte et une adresse qui n’a plus rien voir. Elle devient information flippante… et risque de réveiller la moulinette à angoisse et d’attaquer la qualité du travail éducatif.

Cette information prend soudain une nouvelle valeur. Comme dans un rêve, les éléments manifestes se sont habillés de la charge émotionnelle, des projections inconscientes de ses colporteurs. L’information transmise ne parle plus de la situation de départ, mais des sujets qui l’adresse et se la partage. Il s’agirait alors de comprendre ce qui résonne en eux si fort pour s’en être emparé.

Loin de moi l’idée de contrôler absolument l’information. La myriade des clauses et conditions des chartes d’information indiquent bien qu’il s’agit d’un projet vain. La circulation de la parole est essentielle dans le travail éducatif et social. Je pense cependant qu’il y a une responsabilité éthique et clinique dans la manière dont chacun colporte, transporte ou dépose l’information.

Nous pouvons parfois choisir de contenir, d’élaborer ou de vérifier les informations. Parfois, les équipes s’organisent et s’offrent des espaces contenants… pour faire de ces informations et des échanges de vraies dynamiques de travail au service des publics qu’ils accueillent. Je renvoie au texte de Franck Gautret, On parle ou on cause, in Penser et Travailler ensemble. Désir d’équipe, désir d’éthique, Lettre de l’enfance et de l’adolescence, N85/86, 2011.

Le poulailler aussi à trouver à s’organiser, voici un second extrait …  Et comme dit la formule …  » Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

<iframe src= »http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=18652544 » style= »width:480px; height:270px » frameborder= »0″></iframe>
Chicken Run
Chicken Run Extrait vidéo VF

 Freud disait qu’éduquer, diriger et soigner sont des métiers impossibles. Ils le sont parce qu’au fond ils demandent une compétence inattendue: savoir gérer l’échec, la perte et les ratages. Parce qu’au fond, c’est dans cette capacité à traverser et à transformer le merdique qu’on reconnaît selon moi un manager, un éducateur ou un soignant. Notre monde nous vend du rêve, de l’Idéal et nous demande d’être des « winners », des performants.

Dans l’expérience du temps, de la limite, le « pas aussi beau qu’on pensait », le « presque réussi » et le « pas pu se réaliser »,… Il y a aussi un chemin que connaissent bien les éducateurs, les dirigeants et les soignants. C’est la vie !

Cette affiche circule sur les réseaux sociaux Elle m’interroge ! Elle ne rejoint ni mon expérience personnelle, ni mes 15 ans de travail auprès des enfants et des adolescents, ni même mes travaux de recherche. Je ne crois pas que les apprentissages soient si compartimentés, je pense aussi que la responsabilité éducative est partagée. Il y a des familles, dans des contextes et des cultures. Et pour ce qui me concerne, je suis heureux que des adultes hors de ma famille fragile aient pu me transmettre des savoirs, mais aussi des valeurs et des tas de choses autres qu’académiques.

Quelques minutes après minuit…

J’ai été voir, un peu par hasard, le film Quelques minutes après minuit. C’est une belle surprise !!
Conor est un enfant dans la souffrance, aux prises avec des événements douloureux et traumatiques.
Il les affronte grâce à son monde fantastique et imaginaire. Ce qui apparaît de prime abord comme un symptôme inquiétant, s’entend progressivement comme un chemin d’émancipation de ses peurs et de sa culpabilité. Une belle illustration, il me semble, des processus de sublimation et de symbolisation chez l’enfant.

On dirait en vrai qu’on parle de Riad : une expérience de construction d’un réseau de réussite éducative. (2012)

Le Clère F. (2012), « On dirait en vrai qu’on parle de Riad : une expérience de construction d’un réseau de réussite éducative. », in « Penser et travailler ensemble. Désir d’équipe, désir d’éthique.», Lettre de l’enfance et de l’adolescence, n°85-86, Erès, pp :99-108.

Résumé : Le travail en partenariat est devenu non seulement une des compétences dans la validation des cursus de formation des travailleurs sociaux, mais aussi une apparente évidence dans leurs pratiques d’accompagnement. À partir d’une expérience de prévention et d’accueil d’adolescents dits « décrocheurs scolaires », ce texte présente l’évolution des collaborations d’une équipe d’éducateurs de rue et les effets de ces différentes configurations partenariales sur la clinique éducative aux côtés des adolescents. Cette expérience interroge la possible rencontre des professionnels dans ce type d’équipes pluridisciplinaires. De fait, ce qui se propose comme un « travailler ensemble » autour de situations d’enfants ou d’adolescents, dans leur intérêt, celui de leur famille, peut rapidement devenir un espace virtuel et « disciplinaire ». Il devient difficile pour les éducateurs de dire et de partager ce qui se donne à vivre et à entendre dans l’accompagnement d’adolescents en situation de mésinscription scolaire. Réinterrogeant la parole entre deux d’adolescents en grande difficulté et la manière singulière dont se noue la rencontre avec les éducateurs, l’auteur propose de laisser place à l’incertitude et de prendre le temps d’une analyse des effets de ces maillages éducatifs.

Pour le télécharger :

http://www.cairn.info/revue-lettre-de-l-enfance-et-de-l-adolescence-2011-2-page-99.htm

Le travail du lien éducatif

Après un parcours professionnel dans le champ de l’éducation spécialisée, et la responsabilité d’une structure de prévention aux prises avec les questions de déscolarisation et de violence dans la relation éducative, j’ai souhaité mener des travaux de recherche dans le cadre d’un cursus universitaire sur les questions vives que pose l’exercice du métier d’éducateur auprès de ces adolescents. J’ai progressivement construit mon domaine de recherche dans le champ de l’approche clinique, psychosociale et institutionnelle du travail des équipes éducatives en relation avec les adolescents en souffrance. Mes travaux s’inscrivent dans le champ des recherches cliniques en sciences de l’éducation portant sur le lien éducatif et les rapports adultes-adolescents analysés dans leurs dimensions subjectives, intersubjectives, institutionnelles et sociales. A travers mes travaux sur les nouvelles configurations du lien éducatif et de ce qui nommé comme impasse du lien (décrochages, crise, violence des rapports éducateurs-adolescent, je cherche à appréhender les parcours adolescents confrontés au désir de réussite éducative des parents et des professionnels. Les conduites adolescentes, marquées par une sorte de débrouille déconcertent les adultes et fragilisent leurs positionnements éducatifs : leur difficulté est frappante concernant la compréhension de l’expérience quotidienne des adolescents et le soutien de ces jeunes dans leurs constructions et dans leurs affiliations extra-familiales. Ainsi, je m’intéresse tout à la fois aux politiques de la jeunesse et aux politiques scolaires, aux théories scientifiques ainsi qu’aux pratiques et discours des professionnels de l’éducation, particulièrement autour de la question du dit « décrochage scolaire ». Mon travail participe aux travaux de l’axe « Approches cliniques en éducation » du laboratoire CIRCEFT (Centre interdisciplinaire de Recherche Culture, Education, Formation, Travail) de l’Université Paris 8. Elle entre dans son programme placé sous la responsabilité scientifique du professeur Laurence Gavarini.