Le travail du lien éducatif

Après un parcours professionnel dans le champ de l’éducation spécialisée, et la responsabilité d’une structure de prévention aux prises avec les questions de déscolarisation et de violence dans la relation éducative, j’ai souhaité mener des travaux de recherche dans le cadre d’un cursus universitaire sur les questions vives que pose l’exercice du métier d’éducateur auprès de ces adolescents. J’ai progressivement construit mon domaine de recherche dans le champ de l’approche clinique, psychosociale et institutionnelle du travail des équipes éducatives en relation avec les adolescents en souffrance. Mes travaux s’inscrivent dans le champ des recherches cliniques en sciences de l’éducation portant sur le lien éducatif et les rapports adultes-adolescents analysés dans leurs dimensions subjectives, intersubjectives, institutionnelles et sociales. A travers mes travaux sur les nouvelles configurations du lien éducatif et de ce qui nommé comme impasse du lien (décrochages, crise, violence des rapports éducateurs-adolescent, je cherche à appréhender les parcours adolescents confrontés au désir de réussite éducative des parents et des professionnels. Les conduites adolescentes, marquées par une sorte de débrouille déconcertent les adultes et fragilisent leurs positionnements éducatifs : leur difficulté est frappante concernant la compréhension de l’expérience quotidienne des adolescents et le soutien de ces jeunes dans leurs constructions et dans leurs affiliations extra-familiales. Ainsi, je m’intéresse tout à la fois aux politiques de la jeunesse et aux politiques scolaires, aux théories scientifiques ainsi qu’aux pratiques et discours des professionnels de l’éducation, particulièrement autour de la question du dit « décrochage scolaire ». Mon travail participe aux travaux de l’axe « Approches cliniques en éducation » du laboratoire CIRCEFT (Centre interdisciplinaire de Recherche Culture, Education, Formation, Travail) de l’Université Paris 8. Elle entre dans son programme placé sous la responsabilité scientifique du professeur Laurence Gavarini.