Des élèves pour qui la sanction glisse…

[ECHO DE LA FORMATION] Une équipe de collège s’interroge sur la question de la « sanction éducative ». Au fond, ce qui semble émerger, ce n’est pas tant que l’absence de sanctions éducatives ou de règlement intérieur que le fait que les adolescents dont il est question « passe au-dessus » de l’acte éducatif de la sanction : « Cela ne fait pas effet ! », « ça glisse ».
Ce sont des habitués des colles et des autres sanctions traditionnelles. Une enseignante partage une analyse simple, mais forte : « si en plus j’étais convaincu que ça leur servirait à quelque chose ! Mais au fond, je n’ai pas l’impression de les faire progresser ». Avec cette enseignante, nous prenons conscience que ce n’est plus seulement l’élève qui n’est pas en projet dans l’école, mais c’est aussi l’enseignant ou l’équipe pédagogique qui finit par ne plus savoir comment se projeter dans le travail avec cet élève.

Tout d’abord, il semblerait que ces jeunes soient difficiles à « associer » au processus de sanction. Le sentiment qu’ils donnent, c’est qu’il n’y a pas d’envie de progresser, de faire alliance avec l’enseignant pour avancer. Nous avons commencé à envisager que ces jeunes ont besoin d’être « nourris » affectivement et culturellement (Boimare). Il y aurait des capacités que ces adolescents auraient besoin de développer pour susciter dans un second temps « l’envie ». L’intuition de l’équipe enseignante serait qu’il y a à penser des expériences éducatives qui permettent aux jeunes de mûrir, d’avoir des « déclics » et qui permettraient de « prendre conscience ». Autrement dit, il faudrait sortir des pratiques de sanction traditionnelle.

Il y a ensuite, un deuxième alliance qui a été discutée : la relation école-parents. Comment partager une vision commune ? Comment partager avec les parents notre désir de faire grandir les élèves ?

Deux autres intuitions à réfléchir : la place du geste et du corps dans la formation de ces élèves (développer des ateliers cuisines, bricolages, etc.) ; et aussi une intuition chère à la pédagogie de Jean Bosco : la nécessité de développer des sanctions positives et d’aider ces jeunes à s’appuyer sur des compétences acquises.

François Le Clère

Clinicien-chercheur en Sciences de l'Education, Université Paris 8. Directeur de l'association Le Valdocco.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn


1 réflexion sur « Des élèves pour qui la sanction glisse… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.